Editions précédentes

Édition d’automne – octobre 2021

Vous aviez la possibilité de choisir vous-même votre livre et votre vin sous forme de mots-clés :

Ou de vous laisser totalement surprendre en optant pour l’un de nos accords mots-vin (blanc ou rouge) !

Exceptés les deux vins qui composent les accords, tous les vins proviennent d’un nouveau complice situé à Saint-Gilles, Tierra by xpertvinum, dont on vous parle très vite ! Quant aux livres, ils ont été sélectionnés et achetés chez Quartier Libre, première librairie coopérative à Bruxelles. Nouveau complice également, on vous la présente très vite également !

Comme à notre habitude, une fois toutes les box de l’édition envoyées et réceptionnées, nous vous présentons les pépites qui se cachaient derrière les mots-clés ainsi que les complices chez qui nous nous les sommes procurées. Petite particularité de cette édition : nous ne dévoilerons pas les accords mots-vin ni le livre qui se cachait sous les mots 𝗽𝗿𝗲𝗺𝗶𝗲𝗿 𝗿𝗼𝗺𝗮𝗻 𝗱’𝘂𝗻 𝗮𝘂𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗳𝗿𝗮𝗻𝗰̧𝗮𝗶𝘀, 𝗾𝘂𝗶 𝗽𝗮𝗿𝗹𝗲 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗺𝗯𝗮𝘁 𝗳𝗮𝗰𝗲 𝗮̀ 𝗹𝗮 𝗺𝗮𝗹𝗮𝗱𝗶𝗲, 𝗱𝗲 𝗿𝗲́𝘀𝗶𝗹𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝗱𝗲 𝗱𝗲𝘂𝗶𝗹, 𝘀𝗼𝘂𝘀 𝗳𝗼𝗿𝗺𝗲 𝗱𝗲 𝘁𝗲́𝗺𝗼𝗶𝗴𝗻𝗮𝗴𝗲 𝗳𝗶𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹 (320 p.).
« Mais pourquoi nous priver de ce plaisir ??! » êtes-vous en train de vous dire ! Et bien parce que leur aventure n’est pas terminée ! Ces propositions resteront disponibles pour l’édition de Noël et/ou sur le stand que nous occuperons lors du Marché de Noël des créatrices du Wellnest le 19 décembre à Churchill. Cherchez-nous du côté du vin chaud 🎄 !

Alma s’apprête à faire le grand saut et à passer le cap des 30 ans. Tout semble stable dans sa vie : sa carrière d’auteure décolle, son couple fonctionne, son appart est confortable… Elle a peut-être juste besoin d’un peu d’air. Mais là où la plupart d’entre nous (et oui, on n’y échappe pas à cet anniversaire symbolique) profitons de cette étape pour faire le point, réfléchir en ayant, peut-être, un peu le vertige ; Alma, elle, fout tout en l’air. Elle lâche prise. Elle est en roue libre et le lecteur la suit dans sa chute et sombre dans une crise d’angoisse d’anthologie. Quitte à être foutue aux yeux de la société et de ses attentes violentes envers les femmes jeunes, belles et épanouies, Alma décide de tout foutre en l’air elle-même, voire se foutre en l’air. C’est un épisode d’auto-destruction fort qui s’impose au lecteur, sans filtre et soudain. Les idées s’enchaînent, le style est direct. On passe des souvenirs des jours passés fous au calme après la tempête : l’internement en hôpital psychiatrique, la prise de conscience de la dépression et ses tentatives pour remettre ses idées en place et sa vie sur ses rails. Bellevue est un livre coup de poing de l’auteure française Claire Berest dont nous avions déjà beaucoup aimé le roman Rien n’est noir que nous avions proposé dans un accord mots-vin coloré.

Un livre que vous avez peut-être lu en dégustant l’excellent Meu. Un vin de la Bodega Viña Costeira dans le sud de la Galice, une référence sur la scène viticole galicienne. De cépage 100 % treixadura, ce vin blanc aux arômes de fruits blancs mûrs et d’agrumes est surprenant par son acidité fraîche. On le doit à des vignerons un peu rebelles qui, depuis 1968, luttent pour produire des vins de qualité dans la DO Ribeiro et récupérer les cépages historiques de la Galice : loureira, godello, albariño ou treixadura, entre autres. 

Les vignes de la Bodega Viña Costeira sont situées sur un sol de sable, de gravier et de granit et ce vin a vieilli sur lies pendant 2 mois.

J’écris cela dans une cellule de prison. Mais je ne suis pas en prison. Je suis écrivain. Je ne suis ni là où je suis, ni là où je ne suis pas. Vous pouvez me jeter en prison, vous ne m’enfermerez jamais. Car comme tous les écrivains, j’ai un pouvoir magique : je passe sans encombre les murailles.

Ces mots sont ceux d’Ahmet Altan et sont extraits du livre Je ne reverrai plus le monde que nous vous présentons aujourd’hui. Écrivain et essayiste réputé, Ahmet Altan est également fondateur et rédacteur en chef du quotidien turc Taraf jusqu’au 15 juillet 2016. À cette date correspond le seul putsch manqué en Turquie à ce jour. Dès le lendemain, une vague d’arrestations frappe les milieux intellectuels et médiatiques. Ahmet Altan en fait partie et est condamné à perpétuité aggravée, accusé d’avoir envoyé des “messages subliminaux” lors d’un passage dans une émission télévisée. Durant cette purge, 16 chaînes de télévision sont mises hors service. L’état d’urgence est décrété et la Turquie annonce qu’elle dérogera, temporairement, à la Convention européenne des droits de l’homme. En 2019, la Cour Suprême de Turquie rend un nouveau verdict et annule les jugements des tribunaux inférieurs.

Je ne reverrai plus le monde est un ensemble de réflexions et de pensées écrites depuis sa cellule, dans la prison d’Istanbul. Un recueil de 19 textes qui, pour des raisons évidentes de sécurité, n’est pas publié en Turquie, dans lesquels il est notamment question de liberté, de politique, de son arrestation, de son quotidien… Un témoignage poétique et poignant, véritable ode aux mots et au pouvoir de l’écriture.  

Sur ordre de la Cour de cassation de Turquie, Ahmet Altan est finalement libéré en 2021, à l’âge de 71 ans.

On continue notre virée gustative en Espagne ? Imaginez… un temps sec, un rayon de soleil, un thermomètre clément… Direction la Bodega Naia, dans le petit village de La Seca, au cœur de la zone Grand Cru de la DO Rueda. 

Le vin du jour, le K-naia (85 % verdejo, 15 % sauvignon blanc) vous fera voyager par ses arômes de fruits exotiques, d’agrumes, d’herbes, de fenouil et d’herbe fraîchement coupée. Ce blanc est issu de vignes qui ont poussé à 800 mètres d’altitude sur un sol argileux et dont les raisins ont été cueillis mécaniquement avant d’être soigneusement triés à la main. Dans cette région, les nuits fraîches suivies d’un soleil généreux en journée garantissent une maturation optimale des raisins. Vif, ample, très frais avec une surprenante pointe d’amertume en fin de bouche, le K-naia est le compagnon idéal pour quelques tapas !

La Bodega Naia a été fondée en 2002 avec l’ambition de produire de grands vins blancs. Et c’est bien ce que Laura Sanz, l’œnologue de la bodega, compte faire en tirant le meilleur parti des vignes du domaine, parfois vieilles de plus de 100 ans ! 

Envie d’une lecture facile et d’histoire(s) d’évasion qui changent un peu de notre tendance à aimer les romans sombres et les histoires qui font pleurer (oupsi…) ?

Dans le bibliobus, on lit des romans d’aventures. De ces classiques de la littérature qui font rêver les enfants : les gentils gagnent, les méchants paient, les rencontres sont riches, les paysages sont grandioses, les péripéties s’enchaînent et les coïncidences sont folles. Tous ces ingrédients se retrouvent aussi dans L’échappée belle du bibliobus de l’Américain David Whitehouse. Les héros de l’histoire ont injustement morflé et se retrouvent réunis par un hasard de la vie. Orphelin de mère et maltraité par son père, Bobby se sent seul au monde. Il rencontre Rosa, une fillette handicapée, et sa maman qui pansera un peu ses blessures à coups d’amour. Et puis pour échapper à tout ça et à ceux qui tentent de les séparer, ils vont fuir et partir à l’aventure. Eux et leur fidèle destrier : un bibliobus volé. Mais tout semble perdu quand la police est sur le point de les rattraper (c’est quand même pas super discret, un bibliobus en cavale)… Et si la solution se trouvait dans un de leurs livres fétiches ? 

Le Blanc d’Enguera se trouvait dans votre box automnale ? Chance ! Il s’agit d’un vin biologique originaire de Valence et plus particulièrement de la Bodega Enguera. Au caractère floral et minéral, ce vin blanc présente un bel équilibre entre gras et acidité. Ses cépages ? 70 % verdil, 10 % viognier, 10 % chardonnay et 10 % sauvignon blanc, rien que ça ! 

Il est élaboré à partir de raisins provenant de la vallée d’Alforin où le sol est principalement constitué de calcaire blanc. Avant la vinification, les raisins sont placés en chambre froide pendant 15 jours, à une température de -5 °C pour une fermentation à froid. La Bodega Enguera investit depuis 2002 déjà dans la viticulture biologique et en 2011, toutes les parcelles ont été certifiées en ce sens. Entreprise familiale, la bodega est aussi une entreprise engagée et fonde, en 2014, Planet Enguera : un centre de recherche qui étudie l’effet du changement climatique sur la viticulture et qui recherche des solutions concrètes.

Quand on dit « roman historique« , cela peut vouloir dire beaucoup de choses… Mais quoi de plus historique qu’un roman sur la cour royale française ? Avec son étiquette, son rococo et ses intrigues… Mais avant Versailles ! On vous propose aujourd’hui le portrait d’une enfance pas comme les autres…

Avant l’avènement du Roi Soleil, il y avait Louis. L’enfant Louis. Impressionnable, un peu perdu, parfois malmené, souvent seul. 

𝐋𝐨𝐮𝐢𝐬 𝐗𝐈𝐕 𝐥’𝐞𝐧𝐟𝐚𝐧𝐭 𝐫𝐨𝐢 vous emmène dans les coulisses d’un des plus grands règnes que la France n’ait jamais connu et vous fait découvrir comment Louis est devenu ce Roi de légende. Son éducation royale, ses relations avec sa mère Anne d’Autriche et son émancipation de Mazarin, sa découverte des intrigues de la cour et son apprentissage du politique au moment où la France va affronter une des pires pages de son histoire : la Fronde.

François-Guillaume Lorrain vous emmène, au fil de courts chapitres et au rythme d’anecdotes ayant rythmées l’enfance de Louis XIV, parfois légères, parfois lourdes de conséquences, mais toujours vraies, à la découverte d’un destin hors du commun !

Aaah un vin rouge d’après-midi ! On est très fières de ce mot-clé qui résume bien le plaisir ressenti lors de notre dégustation ! Le MV nous vient du domaine Dehesa del Carrizal, situé au milieu des Montes de Toledo, près du parc national de Cabañeros, à 150 km au sud-ouest de Madrid. Dehesa est un Vino de Pago, un DO en soi. Les lois espagnoles sur le vin accordent ce titre aux bodegas qui gèrent l’ensemble du processus, du raisin à la bouteille, dans les limites du Pago (domaine viticole). Ils ont la réputation de produire des vins de haute qualité en respectant des règles précises et strictes.

Après un élevage de 8 mois en fûts de chêne français usagés, ce MV fait ressortir le meilleur des différents cépages qui le composent : la syrah charnue, le merlot et le tempranillo fruités et floraux ainsi que le caractère ferme du cabernet sauvignon. Chaque année, un nouvel assemblage équilibré est créé sur la base des caractéristiques de la récolte. 

Au nez, des arômes de fruits rouges et noirs mûrs, des notes de pain grillé et d’épices sur un fond terreux. En bouche, une attaque douce, équilibrée, avec une finale juteuse. C’est un vin jeune et polyvalent que vous pouvez servir avec tous vos plats de viande ou déguster à l’apéro, bref, c’est un vin pour tous les jours !

Le Bobal en Calma est un vin rouge qui provient de la cave Dominio de la Vega située à San Antonio Requena, dans la partie ouest de la province espagnole de Valence, à environ 700-900 mètres d’altitude. On y élabore des vins et des cavas de manière traditionnelle et de la façon la plus naturelle possible. Le respect de l’environnement y est le mot d’ordre. Exit traitements agressifs et procédés industriels ! Les raisins sont toujours récoltés dans l’obscurité et les vins sont ensuite conservés dans un endroit sombre et calme, selon la tradition, pour les laisser vieillir en toute tranquillité. Ses 9 mois de vieillissement en fût de chêne français confèrent à ce vin puissant et souple la touche boisée que l’on détecte derrière des arômes de fruits rouges.

Les vins du domaine expriment l’authenticité du terroir grâce au sol boueux, mais argileux sur lesquels les vignes ont poussé en profitant du climat méditérranéen qui règne dans la région. 

Dominio de la Vega est une cave familiale qui a marqué son époque dans la production de vins qualitatifs : ils ont été les premiers à mettre en bouteille un vin 100 % bobal de grande qualité. Leurs cavas sont connus et reconnus et nous vous conseillons d’y goûter !

Au nez, des arômes intenses de cerise, de mûre et de cassis avec des notes délicates de vanille sur un fond de pain grillé et d’épices. En bouche, un vin soyeux à la bouche fraîche et fruitée, avec des tanins souples et mûrs. Pensez à lui pour les fêtes, il se marie bien avec la charcuterie, le pâté, le foie, un plateau de fromages… mais aussi avec du chocolat !

Bon, si votre kiff ce sont les thrillers dont on se demande jusqu’à la dernière page « Mais qui a fait le coup ? » et qui vous font tomber de votre chaise à ladite dernière page « Quoi ??? C’était lui ? », Vis-à-vis n’est pas fait pour vous. Ça n’a pas l’air vendeur comme ça, mais nous vous avions prévenu·e·s : Vis-à-vis est un thriller… inversé ! Késako ? Il s’agit d’un thriller dont on sait dès la première page (ou ish) qui est le tueur. Facile, nous direz-vous… Mais pas tant que ça… 

Hen, l’héroïne qui démasque son voisin Matthew comme étant l’auteur d’un ancien meurtre qui l’avait obsédée est fragile psychologiquement. Elle n’est donc pas très crédible aux yeux de la police. Pourtant elle sait. Et il sait qu’elle sait. Elle fera tout pour mener l’enquête et prouver qu’elle dit la vérité et qu’il ne s’agit pas d’un autre épisode psychotique causé par sa maladie. Mais Matthew est malin et ne compte pas se laisser arrêter aussi facilement. Il est méticuleux et expérimenté. Tout devrait bien se passer, sauf si son frère Richard vient tout saboter… Qui croira la police ? 

Peter Swanson n’en est pas à son premier thriller et ses livres connaissent un immense succès aux États-Unis. Les éditions Gallmeister nous en proposent deux en français, merci à eux ! Ah oui, et vous pourriez quand même peut-être bien tomber de votre chaise à la fin… 

Immense succès parmi les Enlivré·e·s aussi apparemment : ce livre a fait l’objet d’un tiers de vos commandes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *